in Transe du transmedia

Hail the Villain : l’innovation du marketing musical par de jeunes métalleux

Ils sont musiciens, ils viennent d’un coin paumé de l’Ontario et ils ont envie d’être différents. Comme tant d’autres.
Seulement voilà, ils ont eu l’ambition (et le budget) de créer un véritable story world autour de la sortie de leur prochain album, Population : declining, en juin 2010. Sur la base de leurs chansons qui parlent de haine, de perte et de rédemption (eh oui, ça reste du metal…), le groupe, Hail The Villain, a créé une histoire interactive avec des tas de ramifications se déployant sur différents supports : web, print, vidéos, et un comic book en projet.

Hail The Villain

Le site, à l’ambiance noire et au traitement BD, rappelle à la fois l’univers glacé de certains comics, à l’instar de Sin City de Frank Miller ; libre à l’internaute d’y flâner pendant de longues minutes, de découvrir les personnages de l’histoire, de s’amuser avec les nombreux modules interactifs, ou encore d’interférer directement avec le groupe via sa webcam… tout en découvrant la musique de Hail The Villain.

Le premier cas de transmedia musical ? A suivre.
Dans tous les cas, une jolie manière de galvaniser les fans et se différencier à l’heure du myspace obligatoire.

Réalisation : GRAND creative studios avec une belle présentation du projet ici.

Write a Comment

Comment

  1. Pas vraiment le premier cas de transmédia musical.

    Nine Inch Nails avaient déjà été précurseurs en la matière avec l’agence 42 entertainement…

  2. Merci pour la référence ! Je connais mal NIN, et encore moins l’album Year Zero, mais le cas est super intéressant effectivement. Je le note dans ma liste de case studies.