mar 9, 2010
MadS

Maps, maps, maps

J’ai un péché mignon personnel : j’aime les cartes. D’une part parce qu’elles font voyager – comme l’écrit si justement  Nicolas Bouvier, « c’est la contemplation silencieuse des atlas, à plat-ventre sur le tapis, qui donne ainsi l’envie de tout planter là. ».

Carte imaginaire

D’autre part parce que, quand on pense carte, on peut aussi penser histoires, car localiser un lieu et le décrire sur une carte, c’est peut-être déjà raconter une fiction existante ou bien mettre en place une fiction potentielle.
Et lorsqu’on prend en considération  tous les potentiels d’interactivité d’une carte online, on se rend compte qu’il y a moyen de vraiment s’amuser.

Les cartes, récit de l’imaginaire

Fiction et cartes sont souvent intimement mêlées. De nombreux romans, films, BD, utilisent en effet la carte comme un élément parfois central du scénario, comme dans L‘île au Trésor de Stevenson par exemple ( en passant je recommande un excellent site, spacefiction, qui a l’ambition assez colossale de répertorier toutes les cartes utilisées dans les fictions).

Ensuite, bien sûr, il y a toutes les représentations cartographiées des mondes imaginaires – Middle Earth chez Tolkien pour n’en citer qu’une.
Ces représentations sont en général issues de la tête de l’auteur et attachées à la création originale de l’œuvre. Et là où ça devient à mon sens vraiment intéressant, c’est quand les fans se mettent à cartographier, par passion, une histoire. Exemple en images avec Lost et une carte extrêmement précise détaillée par un accro à la série.

TheLostMapwith season fiveFlash_0310

Tous les possibles des cartes interactives : une manne encore inexploitée pour le récit

Si on sort du print, le champ des possibles devient quasiment infini. Il existe des milliers de mash ups, plus ou moins utiles, combinant carte et données, et un certain nombre d’outils, en dehors de Google maps pour customiser ses cartes – comme par exemple l’excellent Scribble.

La carte interactive peut dont s’imposer véritablement comme une nouvelle manière de raconter une histoire, en guidant l’internaute de lieux en lieux, et en rajoutant visuels, vidéos et liens.

We Tell Stories - the 21 Steps

Mais il n’y a pas, à ma connaissance, d’utilisation encore très poussée de ce que l’on pourrait appeler des « cartes-fictions. »
Citons néanmoins une nouvelle interactive de Charles Cumming, publiée par Penguin Books et calquée sur un plan de Londres, ou encore un CV utilisant Gmaps comme support.

Plus récemment – mais j’en parle avec un regard beaucoup moins objectif car personnellement engagé – le laboratoire de communication digitale Curiouser a mis en place une Gmaps prolongeant une histoire pour un road movie français, Les Marais criminels.
En se baladant sur la carte, l’internaute peut vivre à sa façon et à son rythme la cavale des deux héroïnes dans l’Ouest de la France, sans toutefois que le scénario du film ne soit défloré.

Pour résumer, dire que pleins de choses sont encore possibles est un euphémisme. Imaginons par exemple un carnet de voyages à explorer sous la forme d’une carte, ou encore un livre dont vous êtes le héros qui permettrait de dévoiler le trajet de son personnage au fur et à mesure de l’histoire (vous comprendrez d’autant plus si vous aussi vous avez passé du temps à reproduire, avec un vieux crayon à papier, le labyrinthe des grottes de La Montagne de Feu…). Tout ça bien sûr avec du texte, mais aussi avec du son, des visuels, de la vidéo.
Ou bien encore un ARG particulièrement bien storytellé grâce à une carte et couplé à du Foursquare. Mais je m’égare…

Et vous, vous rêvez de quel genre de cartes ?

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

4 Comments

  • Il y a aussi le site d’Arcade Fire qui montre une course à pied à l’aide des cartes google maps. C’est assez bien fait!
    http://www.thewildernessdowntown.com/

  • Oui absolument !
    Merci HTML5 qui nous promet de belles choses dans ce domaine ;)

  • Bonjour
    un petit lien http://walking-the-edit.net/fr pour montrer comment on peut générer un film via une déambulation et présenter ce film « marché » sur une carte… Les rondelles de couleur sont les plans qui sont choisis par le moteur de montage (la taille est relative à la durée des plans et leur couleur représente la thématique du plan)
    Ulrich

  • Bonjour Ulrich, je n’ai toujours pas testé walking the edit mais je vais le faire ;) Merci en tout cas pour votre mail et le lien !

Racontez moi votre histoire !