in Fiction offline, fiction online

Fugue)s( : le pari des clips littéraires online

A l’heure où le marché de l’édition ne s’est pas encore vraiment digitalisé,  à l’heure où des “succès” tels que Fifty Shades of Grey préfigurent une approche bottom-up, comment se faire éditer quand on est un jeune auteur encore inconnu ?

Fugues, le manuscrit de Walid Hajar traîne depuis des mois sur les bureaux de quelques maisons d’édition parisiennes, mais il est en concurrence avec des dizaines d’autres. Las, l’auteur décide de libérer ses écrits sur Internet en faisant le pari d’un procédé innovant : pas de volonté d’auto-édition de sa part, mais un dispositif basé sur l’image et le son pour faire vivre  ses personnages online.  Décryptage de la recette en 3 ingrédients.

1. La technique du book trailer

Pourquoi ne pas, à l’instar d’un film, “raconter” le pitch du livre ? C’est chose fait le 31 octobre 2012, jour de lancement du dispositif. Le texte, inédit – on ne le retrouvera pas dans le roman – annonce l’atmosphère et les thèmes chers à l’auteur. Les variations de Fugues peuvent commencer.

 

2. La découverte des personnages

Fugues mêle les voix de 5 personnages, Matthieu, Céline, Salem, Lisa et Ronnie. Pour donner envie au lecteur de rentrer dans l’univers de chacun, Walid Hajar a réalisé de courts extraits vidéo, des sortes de clips littéraires inédits. Pas d’incarnation physique des personnages, mais des bribes de textes issus du roman, à l’instar de mini nouvelles, et des photos qui donnent le ton. Ces vidéos sont à découvrir tout au long du mois de novembre.

3. Images et sons

Ce qui fait participe également de l’originalité du dispositif, c’est la part belle faite aux sons et aux images. Loin d’écraser ou d’étouffer le texte, ils agissent comme des facilitateurs, portant le texte tout au long de la vidéo et faisant ressortir telle tonalité particulière, telle référence chère à Walid Hajar. Sur fond de samples hip hop, les mots semblent parfois se réveiller davantage.

Partir ou se conformer, tel est le sous titre du roman Fugues. Ce dispositif de promotion hors du commun nous laisse facilement entrevoir quelle option a eu la préférence de Walid Hajar. Souhaitons-lui en tout cas que l’oeil digitalement averti d’un éditeur se pose sur ces clips littéraires et y trouve là des billes marketing intéressantes à exploiter.

Write a Comment

Comment

  1. L’article résume parfaitement la démarche autour de fugue)s( et je vous en remercie. Et en complément, j’ajouterais que se pose aussi la question de la prescription littéraire. C’est une question que je me pose en tant qu’auteur mais aussi en tant que lecteur. Comment le web peut nous aider à “mieux” lire?