Social games, vraiment sociaux, vraiment ludiques ?

Au début du mois, Julien de Bigger Than Fiction et moi-même étions conviés à Annecy pour parler social gaming – dans le cadre d’une conférence Imaginove organisée par Nicolas Nova. En plus de manger une délicieuse fondue et d’inventer avec Julien, pour le fun, des jeux totalement fous et irréalistes pour la SNCF sur le chemin du retour, c’était l’occasion pour moi de questionner le caractère social et ludique des so called social games. Voici donc une trop longue retranscription de toutes les bêtises ce que j’ai pu raconter, ainsi que la présentation (gamifiée s’il vous plaît), à la toute fin de l’article.

Continue reading

GG Google !

Journée chargée aujourd’hui : c’était le début des Cross Video Days, Mini sortait une appli terriblement innovante sur Facebook (billet à venir demain chez Fais Moi Jouer), et enfin Google mobilisait nos neurones restants avec son premier casse-tête. Google est déjà connu pour aimer nous faire rire, moins pour nous rendre fous sur une énigme. Mais attention,  à la clé pour les trois premiers gagnants, le nouveau Chrome Book ! Donc si vous pouvez vous permettre une nuit blanche, go ahead! (même, si apparemment, chez Presse Citron, partenaire de l’opé, les commentaires laissent entendre que 3 personnes détiennent déjà la bonne réponse…).

True Blood : l’apologie du fandom

Pour la sortie de la saison 3 de True Blood en DVD, HBO a eu l’idée – de prime abord tout à fait logique –  de s’adresser à ses fans. Mais pas à n’importe quel fan : au fan acharné, celui qui s’est immergé totalement dans la série, au point d’en connaître ses moindres détails. Par exemple,  le frère de la cousine de Sookie que l’on entraperçoit à la fin de l’épisode 4 de la saison 2 (j’invente, ne vous inquiétez pas), le fan acharné se rappelle son prénom, sa coiffure, voire même la couleur de ses chaussures.
Ça tombe bien, c’est exactement le principe de True Blood Dig Deeper : “True Fans know their True Blood”.

Continue reading

ArtGame Weekend : nos coups de coeur

Plus d’une semaine après le ArtGame Weekend, nous avions envie de revenir sur deux jeux qui nous ont particulièrement enthousiasmés, et dont nous espérons qu’ils ont un bel horizon de possibles devant eux. Il s’agit de Big Brother, un jeu autour des caméras de surveillance, et de Colossus, une immersion ludique dans un monde de Lilliputiens. Continue reading

Jouons à stash stash

Depuis quinze jours, Red Bull flirte avec les amateurs de chasse aux trésors. Mais ça ne s’arrête pas là, et vendredi 3 décembre, le défi se poursuit online, sous la forme d’un parcours numérique semé d’embûches.

Avec d’autres blogs (Fais Moi Jouer, Lord of the Geek, Gaduman, Teuillac, Blogamer et ChaosKlub), on vous met à l’épreuve en vous proposant une série d’énigmes que nous avons – plus ou moins machiavéliquement – concoctées. Êtes-vous prêts à les résoudre ?

Si vous vous sentez de taille, save the date: vendredi 3 décembre, 18h, ici

Pourquoi Attraction m’a donné envie de fumer

La première chose que j’ai pensé de Attraction, le manga anti-tabac de l’INPES destiné aux 14-20 ans, ce n’est pas “waouh, l’INPES fait un manga interactif parfaitement en accord avec les codes de la cible, bravo !”. Mais plutôt “waouh, quelle atmosphère ! ils ont l’air de s’éclater, tous ces gens qui fument !”.
L’expérience, qui plonge l’internaute dans un univers sci-fi sulfureusement branchouille, m’a laissé sur la langue une envie de volutes bleutées et un agacement que j’avais envie d’exprimer ici. Continue reading

Monet : quand les tableaux se mettent à vivre

Alors que la très attendue expo Monet ouvre ses portes aujourd’hui au Grand Palais, le site web, tout de Flash vêtu, invite les visiteurs à un voyage interactif à travers les œuvres du peintre.
Au son des accords de piano de Debussy, et à l’aide de micro-interactions (curseur et micro) l’internaute est amené à faire littéralement vivre les toiles si connues. Tout puissant, il fera bouger les ailes d’un moulin,  changera les saisons d’un tableau et fera se multiplier les nymphéas…

MONET

C’est esthétique, onirique, et, en termes d’expérience, cela change de l’éternelle contemplation passive qui est de rigueur dans l’institution “musée”. Mieux encore, cela l’accompagne, la prolonge et l’enrichit.

Un seul regret : le “voyage” ne peut se faire que d’une seule traite, suivant un parcours imposé. Il eut été intéressant (mais techniquement plus complexe, c’est sûr) de structurer l’expérience par tableaux, afin d’offrir à l’internaute la possibilité de créer sa propre promenade artistique.

Cela étant,  je n’ai pas souvenir qu’une initiative aussi innovante ait jamais existé en France dans le domaine des arts, disons, classiques. Bravo à la RMN !

Maps, maps, maps

J’ai un péché mignon personnel : j’aime les cartes. D’une part parce qu’elles font voyager – comme l’écrit si justement  Nicolas Bouvier, “c’est la contemplation silencieuse des atlas, à plat-ventre sur le tapis, qui donne ainsi l’envie de tout planter là.”.

Carte imaginaire

D’autre part parce que, quand on pense carte, on peut aussi penser histoires, car localiser un lieu et le décrire sur une carte, c’est peut-être déjà raconter une fiction existante ou bien mettre en place une fiction potentielle.
Et lorsqu’on prend en considération  tous les potentiels d’interactivité d’une carte online, on se rend compte qu’il y a moyen de vraiment s’amuser. Continue reading

Pin-up + Facebook = le mélange gagnant pour Lynx

En termes de vidéos interactives “dont vous êtes le héros”, on avait déjà eu de beaux succès comme Get the Girl par Twix ou bien Follow Your INSTINCT par Samsung.
Mais voici que Lynx (Axe au Royaume Uni) s’y met aussi, avec une application Facebook qui reprend les recettes classiques de la marque : une histoire avec ce qu’il faut de seins et de fesses pour plaire aux adolescents britanniques, ceux-là mêmes qui font monter les chiffres du pr0n et ceux d’Unilever.

Lynx Twist sur Facebook

Sont-ils davantage séduits par les subtiles fragrances du déo en question ou par le storyplaying bien plus alléchant qui leur est offert sur le web ? Le lecteur tranchera.

Continue reading

La e-chocolaterie de Cadbury ou comment rater son flagship online

Imaginez un peu…les jours raccourcissent, le ciel gris et mouillé invite à de longues après-midis de lecture, un grand bol de chocolat chaud entre les mains. Le chocolat chaud prend ainsi une saveur toute particulière dès qu’il commence à faire froid, vous ne trouvez pas ?
Alors quand j’ai appris tout récemment l’existence d’un lieu réel, the Cadbury World, une sortie de chocolaterie Willy Wonka-like perdue dans les cottages anglais, je me suis précipité sur le site web.

Willy Wonka

Sur ce dernier, Cadbury avait la possibilité de véritablement mettre  l’eau à la bouche de l’internaute en lui proposant un avant goût de l’expérience vécue sur place. Que nenni, ce site html est aussi fade et sans relief qu’un yaourt à 0%. Continue reading