in Aventures interactives

Drop Your Weapons!

Comment faire comprendre aux jeunes que porter une arme c’est mal ? La police londonienne a choisi l’option “vidéo interactive” actuellement très en vogue. Alors oui, se mettre dans la peau d’une petite frappe c’est plus rigolo que de lire un pavé de texte sur ce qu’encourt un porteur d’arme. Mais encore faut-il que l’histoire soit crédible et efficace. A mon sens, en voulant dire d’une manière plus moderne “drop the weapons”, la Metropolitan Police risque bien de se faire tirer dessus à bout portant.

Ce qui est bien dans la vidéo interactive, c’est qu’on va forcément choisir l’option qu’on ne choisirait pas dans la vraie vie. Dans la vidéo, où j’incarne un mec qui a tout l’air d’être le digne représentant d’un gang, lorsqu’on me propose “Grab the knife” / “Don’t grab the knife”, je prends sans hésiter le couteau. Ce levier “lâche-toi-en-ligne” a d’ailleurs été exploité par la communication online de prévention. Par exemple pour la drogue (ici et notamment) : snifer virtuellement de la coke et voir son nez saigner au fil des prises peut être sacrément désincitatif.
La vidéo de la Metropolitan Police surfe donc sur le même registre, mais évidemment, le terrain est beaucoup plus risqué.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=JFVkzYDNJqo[/youtube]

Soulignons dans un premier temps les points positifs de la vidéo : le scénario  est assez riche (il y a quand même un certain nombre d’options disponibles), le montage plutôt bien réalisé.
Par ailleurs, le site web dédié à l’opé est étonnement chouette et audacieux d’un point de vue graphique.

Cependant, le réalisme de l’histoire et la possibilité de fins différentes encouragent les remises en cause de la loi,  comme en témoignent les commentaires des internautes : ” moral of the story if you carry a knife you get put in jail even if you didn’t do anything“, “Haha, there’s no ways a kid would get 4 years for carrying a knife“, “kitchen knife possession: 4 years, possession of cannabis: 5 years, the laws Need to change!!“.
Par ailleurs le choix “ethnique” des personnages choque également. Pas un Blanc dans le casting. “Isnt it a bit prejudice to have two of the boys black and the third of a different ethnic origin when roughly 94% of Britains population is white?“.
Enfin, la vidéo “happy end”, c’est-à-dire lorsque l’internaute a toujours refusé de prendre une arme, se tranforme en un clip mielleux pour la promotion d’un rappeur anglais, décrédibilisant ainsi le sérieux de l’opération.

Au final, on peut s’interroger sur l’efficacité d’une vidéo interactive, voire de la communication en général, pour alerter sur le problème du port d’arme. Sur Youtube, la vidéo a sans doute généré davantage de débats sur la répression policière et la prise en considération des minorités qu’elle n’a fait jallir une prise de conscience au sein de la population concernée.

Write a Comment

Comment